J.J. Milteau & Eric Bibb : "LEAD BELLY’S GOLD"

J.J. Milteau & Eric Bibb, hommage à Lead Belly

Lorsqu’il fut découvert en 1933 dans la tristement célèbre ferme pénitentiaire d’Angola, en Louisiane, Lead Belly ne se doutait pas que sa musique allait bouleverser le cours de son destin tout en faisant entrer dans l’Histoire les artisans de son succès, les ethnomusicologues John et Alan Lomax. Ce jour-là, Lead Belly n’aurait jamais pu imaginer que cette découverte ferait de lui le chanteur folk afro-américain le plus célèbre de tous les temps. Au passage, il aura converti à la vérité du blues des millions de fans, bien au-delà des frontières de sa propre communauté, tandis que des successeurs aussi hétéroclites que Frank Sinatra, Nirvana, les Beach Boys, les Red Hot Chili Peppers, Tom Waits ou Bob Dylan s’emparaient de son répertoire. Lead Belly — Huddie Ledbetter pour l’état civil — doit ce rôle hors du commun à sa capacité innée d’ériger des passerelles entre les époques, les mondes et les cultures. Né dans le Sud Profond à la fin des années 1880, il dessine un lien vivant entre l’abolition de l’esclavage et l’essor du système de métayage inique qui aura continué d’asservir les Afro-Américains dans les plantations sudistes tout au long de la première moitié du XXe siècle ; entre les faux espoirs nés de la déclaration d’Émancipation et le découragement engendré par la ségrégation ; entre l’ère des colporteurs de chansons et la montée en puissance des troubadours du blues, à l’époque où il effectuait son apprentissage comme musicien de rue. Au final, Lead Belly aura lancé quasiment à lui seul la vague folk du New York intellectuel de l’après-guerre, avant d’initier l’Europe au blues et de déclencher le mouvement de revival qui permettra aux Beatles et autres Rolling Stones de jeter les bases du rock. On ne le sait pas assez, mais Lead Belly a été le tout premier musicien de blues rural à se produire en Europe dès 1949, peu avant sa mort à l’âge de 61 ans. À travers cet hommage à Lead Belly, le chanteur de blues Eric Bibb et l’harmoniciste prolifique Jean-Jacques Milteau ne se contentent pas de célébrer le formidable héritage d’un géant de la musique populaire. Tout en construisant un pont entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent, ils entendent souligner l’universalité et l’intemporalité du message de Lead Belly. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cet album s’ouvre sur Grey Goose, une analyse poétique de l’ostracisme social qui conserve tout son sens aujourd’hui, à l’heure où les migrants venus d’Afrique et du Moyen-Orient traversent la Méditerranée par milliers sur des radeaux de fortune. Il en est de même d’un chant de prisonnier tel que Midnight Special, toujours aussi poignant à une époque où les Afro-Américains constituent 40% de la population carcérale des États-Unis alors qu’ils représentent moins de 13% de la société américaine, ou encore de The Titanic dont les références ouvertes au racisme conservent toute leur pertinence glaçante après la tuerie de Charleston ou la bavure policière de Ferguson. Mais c’est peut-être The Bourgeois Blues qui reste la plus actuelle des compositions de Lead Belly. Dénonciation virulente du système de caste qui régissait les rapports entre Noirs et Blancs au sein de la capitale américaine lorsque le chanteur l’enregistrait en 1938, ce texte d’une modernité frappante apporte la preuve que la présence d’un président noir à la Maison-Blanche n’a pas suffi à modifier les mentalités dans un monde de discrimination toujours prompt à opprimer les plus démunis et les sans voix. Eric et J.J., en enrichissant le répertoire de leur héros d’une poignée de compositions personnelles, s’inscrivent dans la droite ligne de son action poétique et militante lorsqu’ils abordent des problèmes quotidiens avec une fraîcheur et une candeur de façade propices à la diffusion d’un message de paix, d’espoir, de tolérance et de non-violence. Avec pour résultat un album, marqué par une entente musicale rare, qui restera l’un des plus originaux de leurs carrières respectives.

Sebastian Danchin

Liberté, Dignité, Fraternité

La devise de la République Française, qu’il visita quelques mois avant sa mort, aurait pu être revendiquée ainsi par Lead Belly. Faute d’une illusoire égalité entre un homme pauvre, noir et peu instruit et l’entourage qui va évoluer autour de son talent au fil des années, il luttera toute sa vie pour une reconnaissance de sa dignité en tant qu’être humain et surtout en tant qu’artiste.

La liberté fut certainement la première aspiration du jeune Lead Belly promis au dur labeur et aux lourdes contraintes inhérentes à sa condition au début du XXeme siècle dans le Sud des États Unis. Les rixes qui aboutirent au meurtre et qui le conduisirent en prison à plusieurs reprises, avaient probablement pour origine une atteinte à sa dignité. Enfin, son talent était tel qu’il a généré tout au long de sa vie une réelle fraternité autour de lui, depuis la protection de la famille Lomax jusqu’aux collaborations avec Pete Seeger et l’ensemble du mouvement libéral des années 40 aux États Unis en passant par une véritable empathie, réciproque, avec les enfants, pour lesquels il adorait chanter.

De cette trilogie, la dignité ressort comme la préoccupation constante de Lead Belly. Être considéré comme un artiste avant tout, sans mettre en avant sa couleur de peau ou son passé carcéral. Son répertoire est celui d’un conteur soucieux certes, de distraire, mais aussi de témoigner. Les sentiments, la souffrance, la religion, la vie sociale, les faits divers ... il semble qu’aucun domaine n’ait échappé à ses chroniques musicales. Comme le révèlent quelques unes de ses prestations live enregistrées, il aimait commenter les chansons qu’il interprétait, à la manière d’un éditorialiste.

Mais c’est l’interprète qui séduit avant tout par sa puissance et sa conviction. Difficile de rester insensible à cette voix et cette guitare qui semblent venir de très loin tout en sonnant incroyablement familières. C’est l’apanage des grands artistes de devenir intemporels tout en témoignant de leur temps.

Travailler sur ce projet avec Eric a été un vrai bonheur. Chaque chanson s’est jouée naturellement et spontanément. La plupart des titres sont interprétés live avec ou sans public pour conserver cette fraîcheur. Mille mercis à Philippe Langlois pour cette proposition de collaboration et au plaisir de se retrouver sur scène.

JJ Milteau

- iTunes : http://bit.ly/BibbMilteauiTunes
- Qobuz : http://bit.ly/BibbMilteauQobuz
- Amazon : http://bit.ly/BibbMilteauAmazon
- Spotify : http://bit.ly/BibbMilteauSpotify
- Deezer : http://bit.ly/BibbMilteauDeezer

Réalisation tutti image sur SPIP | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0
Graphic design (c) Barilla.design - template Free CSS Templates under License Creative Commons Attribution 2.5 License